Slim&Go Perte de poids
Le sucre, ce poison blanc

  • Publié le

Ce mois-ci, l’équipe de coachs en perte de poids Slim&Go a choisi de vous parler de cette attirance et addiction que la plupart de nos clients évoquent à chacun des rendez-vous avec notre conseillère nutrition Véronique Boucher. À travers ces lignes, nous évoquerons la puissance du sucre, ce poison blanc qui envahit tous les produits que nous trouvons dans les rayons de l’industrie agroalimentaire…

Le sucre et les glucides en général

Face à ce problème croissant d’une trop grande consommation de sucre dans notre alimentation, notre centre organise chaque année 21 jours de détox (programme No Sugar) en petit groupe. Cette session permet à une dizaine de personnes d’échanger et de se sentir accompagnées pour réussir à se libérer de ce poison blanc.

L’an dernier (2016), nous avions eu une élève naturopathe qui avait beaucoup aidée le groupe et apportée ses connaissances dans ce domaine du coaching No Sugar. Nous avons trouvé intéressant de vous faire partager l’article qu’elle avait alors rédigée pour ce stage. Si vous décidez un jour de participer à un de ces événements dans notre centre, contactez-nous sur notre site et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nous vous souhaitons une bonne lecture de cet article et espérons que la prise de conscience du trop de sucre dans l’alimentation vous conduira un jour à agir pour votre santé et pour bien d’autres raisons encore…

Plusieurs sucres en cuillère

Les effets du sucre sur l’organisme

Il est 10 heures. Maintenant que j’y pense, pour me donner un coup de fouet, je prendrais bien une petite tasse de café mousseux avec un gâteau aux myrtilles. À vrai dire, ce matin, je n’ai bu qu’un jus d’orange avec deux tartines de pain blanc recouvertes d’une légère confiture. Et aujourd’hui c’est jeudi, vive la spaghetti partie au dîner ! En attendant, pour ce midi, humm, une petite canette bien fraîche pour accompagner ma salade. Et ma pomme avec un petit carré de chocolat au lait noisette pour goûter avec mon loulou…

Vous l’avez deviné. Le premier effet du sucre est qu’il est addictif. Mais comme toutes les addictions, ce n’est pas une fatalité. Il faut juste en prendre conscience et agir en conséquence. Reprenons depuis le début.

Le sucre, une si douce récompense pour nos papilles qui déclenche en nous une sensation de réconfort. Entendez bien que le sucre est nécessaire pour le bon fonctionnement de nos cellules, de nos muscles et de notre cerveau. Mais notre corps est tout aussi capable de puiser dans les réserves du foie pour le fabriquer. Le sucre consommé de façon abusive diminue la capacité de notre organisme à le métaboliser correctement.

D’après une étude américaine, nous consommons en France l’équivalent de 17 cuillères à café de sucre tous confondus (USA 19 et +). De façon consciente et non consciente. L’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, préconise 6 à 12 cuillères. Pourtant, cette étude confirme que consommer moins de 6 cuillères à café de sucre est vitale pour la santé. Vous entendez souvent « Consommez au moins cinq fruits et légumes par jour » ou « Pour votre santé évitez de manger trop gras, trop salé, trop sucré ». Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que le sucre est partout ; rajouté, raffiné et très bien caché. Le sucre, sur une étiquette, possède 56 appellations différentes !

Le sucre est une addiction plus forte que la cocaïne

Le sucre est partout

Voyez-vous, si vous ouvrez votre placard, votre frigo, si vous plongez la main dans votre corbeille à fruits, vous trouverez toutes sortes de préparation alimentaire et d’aliments au goût sucré et à teneur en sucre bien excessive sans vous douter un instant qu’ils sont néfastes pour votre santé et de ce fait, que votre apport en sucre explose les compteurs.

Cette surconsommation encrasse le pancréas en charge de produire l’insuline pour réguler la glycémie. Il en va de même pour le foie, les muscles et les tissus adipeux. Toute ingestion élevée de sucre rapide, de saccharose va entraîner une sécrétion d’insuline dite dysharmonieuse, conduisant à des pics d’hyperglycémie puis d’hypoglycémie (d’où les grands changements d’humeur). Ce dérèglement du pancréas, alors trop sollicité, détériore bien évidement le processus de sécrétion d’insuline et d’absorption du sucre qui peut conduire au diabète (il existe plusieurs diabètes à pathologies différentes).

Le surplus de sucre entraîne un état inflammatoire général chronique. Une modification de la flore intestinale et une certaine acidité dans l’organisme. Il est bien évident que ces modifications provoquent d’autres désordres et maladies par effet boule de neige. Enfin, je suis désolé de vous l’apprendre, mais ce n’est pas terminé. Ce faux ami peut déclencher des troubles cardiovasculaires, d’hypertension et des maladies neurodégénératives de type Alzheimer.

Le sucre est utilisé par les industriels pour renforcer le goût des aliments. Mais n’oubliez pas que le sucre modifie aussi nos propres goûts. Et plus on le consomme, plus on en redemande. C’est si fade sans cette saveur, non ?! Pour en revenir à l’effet principal et presque immédiat, le sucre est une addiction. Des études menées par des spécialistes des addictions sur des rats mais également par imagerie cérébrale, prouvent que ce petit grain de cristal agit sur les mêmes régions du cerveau que la prise de drogues, tout en favorisant les états dépressifs et anxieux.

Le sucre : une drogue addictive (No Sugar)

Une prise de poids très sucrée

Pendant longtemps, la graisse était pointée du doigt. Certes. Mais savez vous que le sucre non utilisé par l’organisme lors d’un effort intense par exemple, se transforme en graisse ? Et bien oui, le sucre sera intégré puis transformé et stocké dans nos cellules sous forme de graisse. Rappelez-vous que notre pancréas doit bien trouver le moyen de faire digérer à notre corps le surplus de sucre coûte que coûte en lui trouvant une petite place. Pour faire simple, plus on consomme de produits sucrés, plus on sécrète de l’insuline et plus on stocke. À l’inverse, en diminuant sa consommation, on favorise le déstockage en obligeant l’organisme à transformer ses graisses de réserve en carburant. Interférant également sur le sentiment de satiété, le sucre trompe les messages que notre système digestif envoie à notre cerveau. “Je n’en ai pas eu assez.”, “Il me faut encore quelques bouchées…” ou “Il me reste de la place”.

Vous rêvez de foie gras ? Regardez-vous à l’intérieur. Une des nouvelles maladies des temps modernes (et oui, encore une) : la NASH. En français, la stéatose hépatique non alcoolique. Une maladie difficile à repérer, qui peut faire beaucoup de dégâts avant que l’on ne s’en aperçoive. En 2015, 250 médecins se sont réunis à l’Institut Pasteur pour lancer l’alerte. Le sucre peut provoquer une cirrhose. Les patients atteints de cette maladie peuvent développer un cancer du foie. En France depuis 2012, on signale une augmentation de personnes atteintes de stéatose (avec une présence significative de graisse dans le foie). Vu dans un reportage sur ARTE, un parallèle peut être fait entre le gavage des volailles pour des gros foies bien gras et le gavage agréable que l’industrie applique sur nous. Le fructose est toxique pour les cellules hépatiques.

Une dernière petite chose mais non des moindres : n’oublions pas nos chères têtes blondes que nous voulons protéger. Elles aussi sont concernées par ces effets. Premier signe, les caries, mais également les troubles du comportement et le ralentissement de l’apprentissage (par une connexion altérée entre les cellules du cerveau à la suite d’une chute de l’insuline lors d’un dysfonctionnement), l’obésité, le diabète et la stéatose !

Dealer de Sucre sur Instagram

Bien qu’il s’agisse d’une source d’énergie nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, le sucre est néanmoins consommé en excès, ce qui est néfaste pour la santé. Il y a un réel débat entre lobbies, politiques et scientifiques sur les effets du sucre à court et long terme. Mais les études et le recul de notre alimentation actuelle le prouvent : de nouvelles pathologies et maladies liées à cette consommation ne cessent d’augmenter, sans parler du nombre de personnes atteintes déclarées et non déclarées. Et même lorsque nous faisons attention, il faut toujours continuer à lire attentivement les étiquettes. Avec ses 56 appellations et présenté sous différentes formes, les industriels peuvent ajouter cet ingrédient à toutes les sauces. Pire qu’un microbe en ces temps hivernaux, il est partout et surtout bien dissimulé, même dans les produits light.

Bien entendu, certains sucres sont meilleurs que d’autres et leur indice glycémique ne sera pas identique. De ce fait ils n’agiront pas de la même façon dans notre corps. Mais les additionner en feront tout autant du poison. Alors soyez vigilant et prenez conscience de votre alimentation. Votre santé est l’une des choses les plus précieuses que vous possédiez.

Alors, sans sucre ? Oui, avec plaisir !

Éléonore Rencien
Élève Naturopathe

Pour aller plus loin :
Sucre, le doux mensonge, Arte (sur YouTube)
Le site officiel de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
PubMed, une revue scientifique (publications scientifiques en anglais)
Dealer de sucre sur Instagram

ESDO ONE PASS : essayez un cours gratuitement